Réforme des retraites : le projet de loi présenté en Conseil des ministres

Le projet de loi sur la réforme des retraites est présenté ce mercredi 18 septembre en Conseil des ministres. Après avoir franchi avec succès l’étape du Conseil d’Etat, le texte sera aujourd’hui examiné par les membres du gouvernement avant d’être soumis, à partir du 7 octobre prochain, aux débat parlementaires. Des débats qui s’annoncent «fournis», prédit la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine.
Le projet de loi pour garantir l’avenir du système des retraites n’a pour le moment subi «aucune modification» sur le fond selon la ministre. Dans les grandes lignes, les mesures qu’il prévoir sont déjà connues : allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans d’ici à 2035 pour bénéficier d’une retraite complète, âge légal de départ inchangé, augmentation des cotisations vieillesse patronales et salariales de 0,15% en 2014 puis de 0,05% par an jusqu’en 2017.
Des modifications à la marge
«Je serais étonnée qu’il n’y ait pas beaucoup d’amendements, notamment de la part de l’opposition», reconnaît Marisol Touraine citée par le Figaro. Mais si modification il y a, elles devront être marginales. «Personne ne peut imaginer qu’on retirerait l’allongement de la durée de cotisation, d’autant que celui-ci reste assez mesuré», plaide la ministre qui n’entend revenir sur aucune grande ligne du projet de réforme.
«Pour répondre aux attentes des syndicats, le gouvernement va créer un compte personnel sur la pénibilité en 2015», précise Le Parisien. Ce compte permettra, pour chaque trismetre d’exposition à un risque, d’obtenir un à deux points. L’accumulation de 10 points ouvrira droit au bénéficiaire à un trimestre de formation, un trimestre à temps partiel en fin de carrière avec le maintien de la rémunération ou encore à un trimestre de départ anticipé à la retraite. Une mesure qui devrait concerner «un salarié sur cinq» estime Laurent Berger, le patron de la CFDT.
La réforme est pourtant loin de faire l’unanimité, même si la mobilisation du 10 septembre dernier est restée limitée avec seulement 370 000 manifestants dans toute la France, selon la CGT. Plusieurs sondages indiquent que le projet ne convainc pas entre 7 et 8 Français sur 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: