Quelle est l’assurance de prêt la moins chère ?

Voulez-vous entamer un projet immobilier ? Recherchez vous du financement ? Dans l’un ou l’autre des cas, sachez qu’il vous faut une assurance de prêt favorable à vos moyens. Découvrez alors dans cet article quelques assurances de prêt qui vous seront accessibles et ce qu’il faut savoir d’une assurance de prêt.

Qu’est-ce qu’une assurance de prêt ?

L’assurance de prêt ou l’assurance emprunteur pour les crédits immobiliers est un contrat d’assurance individuel ou de groupe. Elle est mise en place afin de garantir le remboursement d’un prêt.

A lire également : Guide pour bénéficier de la loi Pinel en SCI

Il s’agit d’une protection pour les débiteurs et pour la banque ou la structure prêteuse. L’assurance de prêt est exigée par les banques à la contraction d’un emprunt. Sans cela, les banques n’accordent pas de prêt.

À travers ce contrat, elles ont la garantie d’être acquittées même si vous n’êtes plus en mesure de rembourser l’emprunt.

A voir aussi : Quel est l'avenir de l'immobilier ?

Mais, l’assurance a un coût significatif, car elle peut représenter le ⅓ du montant de votre emprunt. Pour cette raison, il faudra opter pour une assurance de prêt pas chère.

Quelles sont les assurances de prêt qui sont moins chères ?

La majorité des assureurs n’affichent pas les tarifs d’assurance de prêt qu’ils proposent. Les tarifs d’assurance emprunteur sont calculés selon un risque spécifique.

Le Taux Annuel Effectif d’Assurance (TAEA) est fixé selon l’âge du débiteur. Il est alors conseillé de faire une étude comparative des différents assureurs afin de choisir la meilleure offre. Ici, nous vous proposons quelques meilleurs assureurs moins chers sur le marché. Entre autres, on a :

  • Malakoff Médéric : le taux d’assurance est compris de 0,08% à 0,51% entre 30 et 60 ans ;
  • L’assureur Suravenir qui a un taux de 0,11% à 0,47% entre 30 et 60 ans ;
  • SwissLife : la fourchette de son taux est de 0,11% à 0,46% entre 30 et 60 ans.
  • L’assureur April avec un taux de 0,12% à 0,72% entre 30 et 60 ans ;
  • AXA : taux compris de 0,12% à 0,64% entre 30 et 60 ans.

Comment souscrire à une assurance de prêt moins coûteuse ?

Pour souscrire à une assurance de prêt, il est préférable de prendre par une délégation d’assurance que par une banque. La souscription auprès d’une délégation d’assurance vous sera moins dispendieuse qu’auprès d’une banque.

Néanmoins, vous devez comparer les différentes propositions des assureurs en tenant compte de certains éléments avant d’effectuer un choix.

Parmi ces différents éléments à considérer, on a : les exclusions de garantie, les taux d’invalidité et d’incapacité. De même, il faudra faire attention aux conditions de mise en jeu des garanties optionnelles et aux délais de carence.

Par ailleurs, la souscription à une assurance hors de la structure emprunteuse nécessite la Fiche Standardisée d’Information (FSI). Elle est obligatoire dans ce cas et est délivrée par la banque.

Cette fiche résume les garanties minimales à respecter afin que la délégation d’assurance soit approuvée. De plus, mettez en concurrence les diverses assurances sur le marché pour trouver la meilleure assurance par rapport au prix. Vous pouvez également faire recours aux services d’un courtier ou utiliser un comparateur en ligne.

Les paramètres du coût d’une assurance de prêt

Quelques paramètres sont pris en compte pour définir le prix de votre assurance emprunteur. D’abord, on considère le montant de votre emprunt. Plus il est élevé, plus l’assurance est onéreuse.

Ensuite, le coût de l’assurance emprunteur dépend de votre assureur comme déjà mentionné. Chaque assureur a sa politique et les prix varient en fonction du profil de l’emprunteur.

Le tarif de l’assurance de prêt est aussi influencé par les garanties choisies. Les garanties habituelles sont : le décès, l’invalidité et l’incapacité, la perte d’emploi. Il est donc très important de bien lire les conditions d’application de la garantie avant de s’y lancer.

Également, le tarif d’assurance tient compte de l’âge, de la profession et de votre état de santé. Un questionnaire médical et des examens complémentaires peuvent être exigés.

Toutefois, ceci est indispensable seulement si votre prêt excède 200 000 € (400 000 € quand c’est un couple) et si l’échéance de remboursement est après votre 60e anniversaire.