AccueilModeQui se plaît à faire souffrir ?

Qui se plaît à faire souffrir ?

Il n’y a pas d’amour sans risque de souffrance ou même sans souffrance. En fait, plus vous progressez dans la vie, plus nous grandissons, plus nous vivons, plus vous approchez de la mort. Bien sûr, nous n’y pensons pas tous les jours. Mais elle fait partie de la vie et est même étroitement liée à la vie : c’est précisément par le fait que vous vivez que vous êtes lié à la mort. Ce n’est rien de morbide. C’est juste le fait que vous devez prendre le risque de souffrir pour la vie.

La souffrance nous fait peur — Aimer est un risque

Non seulement vous souffrez, mais aussi ayez peur, allez dans l’inconnu. Si nous voulons éviter la souffrance et faire face à l’inconnu, nous restons à la maison, nous ne voyons personne, nous n’acceptons rien, nous n’évoluons pas. Ce qui est synonyme de ne pas pouvoir vivre. La vie, c’est développer un nouvel emploi, s’impliquer Avoir des enfants, tout implique le risque de souffrance. La personne peut nous faire du mal, tout comme nos enfants ou notre conjoint. Il se peut aussi que notre nouveau travail soit difficile et apporte une certaine forme de souffrance. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a ni amour ni joie. Il est important de comprendre cela, car si vous ne voulez pas risquer la souffrance, vous ne pouvez pas l’aimer. On ne peut pas aller de l’avant. Il est donc important de savoir comment trouver le juste équilibre entre la souffrance que vous voulez accepter pour vivre véritablement – même pour vivre l’amour – et la souffrance que vous ne pouvez pas accepter parce qu’elle est trop difficile à supporter.

A lire en complément : Quelle couleur porter à un baptême ?

Je connais des gens qui limitent leurs relations sociales au maximum, se retirant à eux-mêmes parce qu’ils ont peur de souffrir. La relation sociale est une forme de « pas en rien », mais si vous coupez, vous coupez de la vie.

S’ il n’y a pas d’amour, il n’y a pas de souffrance, seulement de l’indifférence

Pour vivre vraiment, vous devez accepter d’aimer et donc souffrir aussi. Cependant, il est très important de faire la distinction entre la souffrance normale et la souffrance destructrice.

A lire aussi : Quelle longueur de tissu pour un pantalon ?

Par conséquent, nous devons éviter d’aborder une forme familière de souffrance. Parfois, je rencontre des gens qui, ayant vécu seulement la souffrance, avec humiliation et d’autres, avaient seulement des exemples de couples qui ont causé du mal, sentent que vous devez souffrir à aimer. Ils ont développé une foi qui combine l’amour et la souffrance, comme j’aime quand je souffre ou que j’aime quand je souffre quand je souffre. Cela fait référence aux relations du type suivant/rédempteur, et il est connu qu’il n’est pas très sain. Le but, par conséquent, n’est évidemment pas de lutter pour la souffrance, mais de chercher l’amour et d’accepter la souffrance peut être liée à elle.

Qu’ est-ce que la « bonne » souffrance ?

C’ est quelque chose qui nous invite à nous dépasser, à grandir, à évoluer, parfois à changer. Mais ce n’est certainement pas la souffrance qui me pousse à me positionner comme sauveur ou victime. Certaines personnes ont une fonction qui les place toujours dans l’une de ces trois positions, ce qui les fait jouer l’un des deux autres rôles (ou les deux autres) dans leurs relations. Il ne s’agit pas de relations entre pairs, mais de relations de dépendance. Si vous pensez que vous êtes toujours une victime par rapport à votre conjoint, la souffrance vous fait mal que ce qui est « mauvais ». Cela s’applique également si vous sentez toujours que vous êtes le persécuteur (qui est la mauvaise personne) ou le Sauveur. Ce sont des souffrances qui vous rongent de l’intérieur et qui peuvent vous détruire à la fin.

Il est donc important de ne pas choisir ce type de maladie, avec tous les Difficultés qu’elle peut apporter, car c’est souvent notre inconscience qui nous amène dans telle ou telle souffrance. Néanmoins, la décision de ne pas être amenée à ce type de souffrance constitue déjà un premier pas important.

Vous êtes capable de supporter cette souffrance Le deuxième point est de dire que nous pouvons supporter cette souffrance parce qu’elle nous aide à rester en phase avec nos valeurs de qui nous sommes, ou même à nous aider à être encore plus en ligne avec nos valeurs. Prenez l’exemple des enfants. Cela nécessite des sacrifices (matins gras et autres), mais nous acceptons de les faire parce que nous savons que c’est pour leur mieux de construire quelque chose qui nous permettra d’avoir une famille heureuse et joyeuse plus tard. Dans ce cas, j’accepte cette maladie, car elle est conforme à mes valeurs, par exemple, je veux que mes enfants grandissent bien. Mais ça ne peut pas être un sacrifice de soi. maternelle brûler, aller au-delà de leurs valeurs, se détruire pour donner à leurs enfants tout. Ce n’est pas bon, car après un certain temps, ils n’ont rien à donner du tout. Il est donc nécessaire de trouver le juste équilibre entre la souffrance que nous pouvons accepter, parce que nous disposons des ressources dont nous nous sentons assez bien pour la supporter et la souffrance qui nous consomme. Par exemple, pour sacrifier une soirée, même si cela nous coûte un peu, mais parce que nous pensons que c’est la bonne chose de le faire en ce moment, et chaque nuit pour morfondre et regretter qu’il « court toujours du reste ». Dans ce second cas, nous sommes dans une souffrance destructrice.

Je vous invite à réfléchir sur votre relation avec la souffrance et l’amour : êtes-vous dans une situation qui vous a conduit à prendre le risque d’amour, et la souffrance que vous avez acceptée en conséquence semble juste et bénéfique à votre Développement ? Ou pensez-vous, au contraire, que la souffrance prend le dessus de votre amour et le détruit ? Ici, vous devez accorder l’attention…

Partager avec: