À quoi sert une mutuelle de santé ?

Une mutuelle est la solution parfaite pour couvrir vos dépenses en santé. Elle est une association de droit civil et représente une véritable alternative aux garanties existantes. Même si vous profitez déjà des garanties de la Sécurité sociale, la mutuelle reste une priorité. Elle se veut plus autonome avec des visées philanthropiques comparées aux couvertures actuelles. Elle peut s’avérer plus qu’utile dans certaines conditions.

La mutuelle, une alternative pour la prise en charge du ticket modérateur

Le ticket modérateur représente le reste à solder par une personne après l’intervention de la Sécurité sociale. En effet, la CPAM ne prend pas en charge tous les frais liés aux soins médicaux. Généralement, elle rembourse juste 70 % du montant total des traitements catégorisés dans le secteur 1. Supposons que vous suivez un traitement généraliste de 40 €.

A lire également : Où trouver des croquettes pour votre chien ?

La Sécurité sociale remboursera 28 € (soit 70 % de 40 €). Le reste à payer, soit 12 € est à votre charge. Dans les cas de traitement courant, cette mesure est peu contraignante. Mais, si le médecin pratique des dépassements d’honoraires ou que vous faites des consultations du secteur 2, vous serez très désavantagé. Les remboursements sont en effet plafonnés à 16,10 € dans ces cas.

Il faut aussi noter que les traitements du secteur 3 ne sont tout simplement pas pris en compte. La Sécurité sociale ne rembourse que 1 €, ce qui ne représente quasiment rien. Avoir une mutuelle vous permettra de couvrir tous ces frais. Lorsque vous ferez face à des situations plus complexes, la mutuelle restera votre seul véritable atout. En cas d’hospitalisation par exemple, la Sécurité sociale rembourse 70 % et la mutuelle se charge des 30 % restants.

Lire également : Mort d’un milliardaire pendant une pénoplastie

Une solution pour solder les dépenses non couvertes par la Sécurité sociale

Une mutuelle permet aussi de prendre en charge toutes les dépenses qui ne sont pas considérées par la Sécurité sociale. Parmi les frais non pris en charge, on retrouve particulièrement : les frais liés à certaines hospitalisations et à la médecine douce.

En ce qui concerne les médecines douces, on retrouve essentiellement : la diététique, la chiropratique, l’ostéopathie, etc. Dans ce cas, la mutuelle peut fixer le nombre de séances et le remboursement par séance.

Parlant des hospitalisations, il s’agit particulièrement des frais de confort qui ne sont nullement couverts par la Sécurité sociale. On parle du coût du wi-fi, des frais d’accès à la télévision et des dépenses pour les chambres particulières (près de 45 €/jour).

Ces quelques dépenses ne sont quasiment pas pris en charge par la Sécurité sociale. En cas de changement des verres ou des montures par exemple, vous ne bénéficierez presque pas de remboursement. Pour ces cas, il est mieux d’opter pour des assurances complémentaires au lieu de compter uniquement sur la CPAM.

Les consultations orthodontiques ne sont pas aussi remboursées par la mutuelle pour les personnes âgées. Les enfants qui ont moins de 16 ans peuvent bénéficier d’une couverture estimée à 193 € au maximum, et seulement pendant six semestres.

La mutuelle pour bénéficier des prestations d’assistance

Les mutuelles ont bien plus d’avantages que vous ne le pensez. Au-delà des remboursements, les clients peuvent être accompagnés pour des prestations d’assistance. En cas d’immobilisation ou d’hospitalisation par exemple, vous pourriez avoir une aide-ménagère à la charge de la mutuelle. Cette dernière prendra soin de vous, de vos enfants, et peut-être même de votre animal de compagnie.

Dans des situations de déplacement, avoir une mutuelle peut faciliter le rapatriement. Il est aussi possible d’avoir une assistance et une protection juridique. Les couvertures dépendent de votre contrat. Sachez que pour avoir plus d’options, il faut débourser plus.

La mutuelle pour éviter l’avance de frais

L’avance de frais consiste en générale à payer vos prestataires avant que l’assureur ne rembourse. Cette méthode n’est pas vraiment avantageuse pour les clients. Au cas où vous n’aurez pas d’argent à débourser sur place, vous serez confronté à de vrais problèmes. Conscient de la situation, quelques mutuelles proposent le tiers payant. Le client ne paie rien, seule la mutuelle se charge de toute l’opération de paiement.