Diagnostic plomb : quels sont les raisons de le faire ?

Si plusieurs diagnostics sont exigés lors de la vente ou de la location d’un bien immobilier, certains sont nécessaires pour préserver la santé des futurs occupants. À l’instar du diagnostic termites et autres, le diagnostic plomb doit obligatoirement être réalisé avant une opération de cession. Il faut noter que le plomb a longtemps été plébiscité dans les peintures de céruses pour sa résistance à l’humidité et aux moisissures. Toutefois, la multiplication des cas d’intoxications dus au plomb a amené les autorités à prendre certaines mesures. Dès lors, l’utilisation du plomb dans la construction a été proscrite et il faille faire le diagnostic Plomb.

Diagnostic plomb, à quoi fait-on référence ?

Le diagnostic plomb a vu le jour afin de protéger les femmes et enfants, les femmes enceintes et la population tout entière de la multiplication du saturnisme. Ce diagnostic est devenu obligatoire pour la vente ou la location d’un logement construit avant le 1er janvier 1949. Cette date fut choisie, car les revêtements et peintures faits avec du plomb ont été proscrits en 1949. En effet, ces revêtements et peintures peuvent créer de réels problèmes sanitaires chez les plus vulnérables comme les femmes enceintes et les enfants. Ce diagnostic vise alors à révéler la présence ou non du plomb dans un logement. Ainsi, un CREP (Constat de Risque d’exposition au Plomb) en cours de validité doit être annexé à toute promesse ou acte de vente.

A lire également : Comment sortir d'une Selarl ?

Comment se faire ce diagnostic ?

Pour faire ce diagnostic, le professionnel qui viendra chez vous ira à la recherche du plomb dans vos revêtements intérieur et extérieur. Pour un travail impeccable, vous pouvez vous rendre sur https://www.diag-immo-rennes.fr/plomb/. Pour ne pas se tromper, il fait usage d’une machine à fluorescence X. Cette dernière va radiographier les éléments à inspecter afin de déterminer la présence et l’importance du plomb qui s’y retrouve. S’il n’est pas possible de faire le travail directement, des prélèvements peuvent être faits afin de parfaire le travail. Les prélèvements vont ensuite être envoyés au laboratoire pour des études plus poussées. Ici, tous les éléments contenant au moins un milligramme de plomb par cm2 seront pris en compte. À la fin de l’opération, il sera remis au propriétaire, le rapport du diagnostic où il fera mention de l’adresse de l’appartement concerné.

De plus, il y aura la liste des mesures qui ont été faites. Aussi, il fera figurer le taux de plomb qu’il exprimera en mg/cm2. En outre, mention sera faite de la dimension et de l’état des revêtements étudiés. Il peut aussi informer le propriétaire sur les nuisances que peut causer la présence du plomb.

A lire aussi : Le syndicat de copropriété en ligne : la révolution numérique au service des copropriétés

Quels comportements avoir lorsqu’il y a présence de plomb ?

Si votre logement révèle la présence de plomb, vous devez engager des travaux de rénovation. En effet, toute trace de plomb doit être éliminée de votre logement. Vous devez alors principalement supprimer tout ce qui peut entraîner ces dégradations. Par ailleurs, s’il y a présence de fortes moisissures, le professionnel devra informer sans délai la préfecture pour des mesures idoines. Il faut retenir que le diagnostic plomb est valable pour une année pour les logements à vendre et de 6 mois pour ces logements qui doivent être loués. Les propriétaires concernés doivent alors faire réaliser ce diagnostic pour ne pas se retrouver en justice. Il y va de la bonne santé des locataires et des futurs propriétaires.

Les risques pour la santé liés à la présence de plomb dans un logement

Le plomb peut effectivement provoquer des intoxications, qui peuvent avoir des conséquences graves sur la santé. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux effets du plomb, car leur organisme est encore en développement et parce qu’ils ont tendance à mettre leurs mains à la bouche, ce qui favorise l’ingestion de particules toxiques.

Les symptômes d’une intoxication au plomb peuvent être difficiles à identifier, mais pensez à bien surveiller les signaux suivants : fatigue excessive, anémie, perte d’appétit ou encore troubles du sommeil. Dans les cas les plus graves, une exposition prolongée au plomb peut causer des problèmes neurologiques irréversibles tels que l’épilepsie ou une diminution importante de l’intelligence.

C’est pourquoi pensez à bien faire réaliser un diagnostic plomb dès lors qu’un logement a été construit avant 1949. Ce diagnostic permettra d’identifier précisément si le logement comporte ou non des traces de peinture contenant du plomb et dans quelle mesure elles sont présentes.

En cas de présence avérée de traces importantes de peinture contenant du plomb dans un logement, il conviendra alors d’envisager une intervention pour se débarrasser définitivement du danger. Cela passe notamment par la rénovation complète des parties concernées par les revêtements contenant du métal gris bleuâtre.

Il est donc crucial pour votre santé ainsi que celle de vos proches d’être vigilant quant à la possible présence de traces dangereuses dans votre habitation et d’y remédier rapidement afin que vous puissiez vivre en toute sécurité et sérénité.

Comment se débarrasser du plomb dans son logement ? Les solutions possibles

Si vous avez découvert que votre logement contient des traces de plomb, il faut agir rapidement pour éviter tout risque d’intoxication au plomb. Il existe plusieurs solutions pour se débarrasser du plomb dans son logement. La solution retenue dépendra principalement de l’état des surfaces concernées et de la quantité de peinture contenant du plomb à traiter.

La première option consiste en l’enlèvement total des revêtements contenant du métal gris bleuâtre : cela nécessite une intervention professionnelle, car le travail doit être effectué avec un équipement spécifique afin d’éviter toute inhalation ou ingestion involontaire de particules toxiques. Cette opération implique aussi la mise en place préventive d’un système efficace pour collecter les résidus produits lors du grattage.

Si les surfaces ne sont pas trop endommagées, il est possible d’envisager une autre méthode : le recouvrement. Cela signifie qu’une nouvelle couche de matériau non-toxique sera appliquée sur l’ancienne couche contenant du plomb. Cette technique permettra ainsi d’éviter toute exposition au danger potentiel et peut s’avérer moins coûteuse que l’enlèvement total.

Il est primordial, pour les copropriétaires, de respecter toutes les réglementations légales liées à ce sujet qui peuvent varier selon votre localisation géographique.

Notamment en France, grâce à la loi ALUR votée en mars 2014, les propriétaires et syndicats de copropriété sont tenus d’informer leurs locataires ou acquéreurs en cas de présence avérée de traces importantes dans le logement.

Pour éviter toute contamination supplémentaire lors des travaux effectués par un professionnel, il faut prendre certaines précautions comme l’installation d’une bâche protectrice autour du chantier afin que la poussière toxique ne se répande pas dans toute la pièce.

Face à une éventuelle découverte de plomb dans votre habitation, il faut prendre en compte la gravité constatée sur place mais surtout veiller à être conforme aux réglementations en vigueur.