Vous avez l’intention de créer votre propre agence immobilière ? Avant de franchir un tel cap, il est important de connaitre les différentes démarches administratives nécessaires. De la carte professionnelle aux différentes modalités de création, des aptitudes à la souscription d’une assurance, voici de manière résumée les étapes indispensables pour la création de votre propre agence immobilière.

La procédure pour la création de son activité

A découvrir également : Comment soigner une migraine naturellement ?

Il est important de suivre les démarches suivantes pour la création de votre agence immobilière. Primo, trouver le nom de votre agence. Deusio, le choix du cadre juridique : s’agit-il d’une entreprise individuelle ou d’une société ? Tertio, la constitution de votre agence : la signature des différents statuts, la détermination du patrimoine et autres. Quarto, à ce stade il s’agit de l’immatriculation. En cinquième, faire une demande pour l’obtention de la carte professionnelle. Et enfin, l’ouverture du compte séquestre pour recevoir des fonds de vos clients.

La carte professionnelle est indispensable

Pour la création de votre propre agence immobilière, la carte professionnelle est une nécessité. Pour l’obtenir, rendez-vous à l’ICC (la Chambre de Commerce et d’Industrie). C’est la seule structure qui a l’habilitation pour vous donner la carte professionnelle. La demande de la carte professionnelle doit s’adresser au président de l’ICC territoriale. Cette demande doit être déposée contre une décharge. Actuellement, la validité des cartes professionnelles est de 3 ans contrairement aux dix ans d’autrefois.

Lire également : Quels sont les pièges à éviter pour construire sa maison ?

Les aptitudes requises pour l’exercice de ce métier

La profession d’agent immobilier est un secteur très bien réglementé avec la loi « Hoguet ». Ainsi, pour la création de votre agence immobilière vous devez remplir un certain nombre de conditions. La moralité est une importante condition qui est mise en avant par cette loi : elle est très pointilleuse dessus. En effet, vous devez avoir les aptitudes qu’il faut. Il ne suffit pas de vouloir, mais d’être capable. Ainsi, pour l’obtention de votre carte professionnelle, vous devez avoir un diplôme d’État pour des études supérieures : trois ans d’études au moins après le Bac. C’est-à-dire un niveau de licence au minimum dans des filières comme la science juridique, l’économie ou le commerce. Par ailleurs, le brevet de technicien supérieur en immobilier est aussi requis. De manière générale, vous devez avoir l’un des titres qui figurent dans le répertoire national des certifications professionnelles de niveau quatre.

La souscription à une assurance RCP constitue un impératif

Souscrire à une assurance RCP (Responsabilité Civile Professionnelle) est une autre obligation. Elle est vitale en ce sens qu’elle couvre l’ensemble des risques liés à cette profession : des dommages matériels ou immatériels aux dommages corporels. Par ailleurs, elle vous préserve également des conséquences de vos manquements qui peuvent être à l’origine d’un préjudice.